informations et ressources libres sur la Capoeira et ses traditions Suivez nous sur Facebook
www.capoeira-infos.org
ActualitesHistoirePersonnagesRessourcesLiens
personnages  
Mestres :

Mestre Pastinha - Vicente Ferreira Pastinha, 1889-1981

"Capoeira é tudo que a boca come!"
la capoeira c'est tout ce que la bouche mange"

Né le 05 avril 1889 à Salvador, Mestre Pastinha a joué la capoeira pendant plus de 80 années. Son père était espagnol et sa mère africaine. Il apprend la Capoeira avec un Angolais Mestre Benedito, qu'il rencontre quand il a à peine 10 ans.

Il est petit garçon quand Mestre Benedito le oit une fois jouer et se bagarrer avec un garçon beaucoup plus fort que lui. Il dit à Pastinha que si il venait chez lui, il apprendrait à être "valioso". Benedito était, c'est clair, en train de parler de la Capoeira Angola ou "Engolo" comme lui même l'apellait.

A.Liberac nous apprend que "A 12 ans il part à l'école d'apprentissage des marins, il en sort à 20 ans. Quand Mestre Pastinha revient à la pratique de la Capoeira après une longue absence (1920-1940), il rencontre la capoeira angola à un autre moment, en phase de rupture avec la manière de pratiquer du passé.

Concernant la mauvaise réputation des capoeiristes d'antan il déclare: "tout ceci est le linge sale de l'histoire de la capoeira (répression de la Capoeira), mais le revolver est-il le le coupable des crimes qu'il réalise, et le couteau, les canons ? et les bombes ?" Pastinha défend une capoeira en tant que pratique culturelle qui aurait été mal utilisée."

Philosophe, a propos de cette pratique, bon nombres de ces citations deviennent célèbres :

«Angola, capoeira, mãe! Mandinga de escravo em ânsia de liberdade; Seu princípio não tem método; Seu fim é inconcebível ao mais sábio capoeirista.»

En 1941 fut crée le "Centro Esportivo de Capoeira Angola", le Ceca, qui
fonctionnait à Gengibirra, dans le quartier de Liberdade. Les manuscrits du maître sont de cette époque, en 1949 le Ceca s'etablit dans la fabrique de Savonnette Sicool, dans l'endroit connut comme Bigode, dans le quartier de Brotas, c'est là que : "les premières chemises furent faites, au Bigode, de couleurs noires et jaunes", rappelle Pastinha. en 1955 le centre sportif s'établit dans le Pelourinho, au nº 19 de la Rue Gregório de Mattos (1).

en 1964 Le Secrétariat Municipal du Tourisme de Salvador publie le livre “Capoeira Angola”, manuel illustré et agrémenté de ses réflexions.

En 66, il est invité avec la délégation de Bahia au Festival des Arts Nègres, évènement organisé par le président Léopold Sédar Senghor à Dakar, Sénégal

En février 1967, il accorde une interview a Roberto Freire dans laquelle il rappelle les différentes étapes de sa vie et sa conception de la Capoeira

en 1968, Waldeloir Rego, dans son essai, rescence les toques de berimbau joués par Mestre Pastinha :

São Bento Grande
São Bento Pequeno
Angola
Santa Maria
Cavalaria
Amazonas
Iuna

en 1969, le maitre pert definitivement la vue. Mestre Pastinha meurt dans la misère et la solitude en 1981.

En 88 le secretariat de la Culture de Bahia publie un livre "Capoeira Angola"qui lui est consacré.
En 1996, Decânio (ancien élève de Mestre Bimba) , récupère les textes de Mestre Pastinha et les commentent. Il précise : "Initialement, Pastinha avait laissé ses manuscrits à l'ecrivain Wilson Lins, pour qu'il transforme les textes en pages d'un livre qui s'apellerait 'Quando as pernas fazem miserê ? Metafísica e prática da capoeira' "(2) .

Notes :

(1) Carmen Vasconcelos "História / Diário de um mestre" - 07/09/2000 Correio da Bahia

(2) idem.


Decânio, "A Herança de Pastinha", 1996 Coleção São Salomão 3.
Roberto Freire "É Luta , é danca, é Capoeira" article paru dans Revista Liberdade - février 1967
Liberac Antonio "
Bimba, Pastinha, Besouro de Manganga, Três personagens da Capoeira Bahiana"
Rego Waldeloir , "Capoeira Angola", essai socio-ethnographique 1968, editions Itapuá

"Mestre Pastinha. Capoeira Angola"
Mestre Pastinha et son academia.
Phillips, Bahia. SCDP-PF-001/GB. R.765.097L. Salvador, BA.

"Mestre Pastinha"
réédition CD par la Revue Brésilienne "Praticando Capoeira"

 

"Pastinha ! Uma vida pela Capoeira"
de Antônio Carlos Muricy
Avec la participation des Mestres : Joao Grande, Joao Pequeno, Curio, Neco, Braga, Zé Carlos et leurs élèves et invités
 

"Mestre Pastinha - Capoeira Angola"
Documentaire de de Paulo Sá Vieira
10min - 1983
La vie de Mestre Pastinha racontée par Rodolfo Coelho Cavalcante, Poeta de Cordel

delegation

mestre pastinha
Principaux disciples de
Mestre Pastinha
:
João Pequeno
, João Grande, Curio, Boca Rica, Gildo Alfinete, Bola 7

Mestre Pastinha tente de revivre, dans la misère, son passé de gloires - Mai 1979 / Journal A Tarde

É Luta , é danca, é Capoeira - Roberto Freire - février 1967 / Revista Liberdade

Capoeira, Brazilians karate (interview mestre Pastinha) - 1968 / Blackbelt magazine

Mestre Bigo, disciple de Mestre Pastinha,… - Revue Praticando Capoeira


Ê maior é Deus

Pastinha já foi a África

Bahia minha Bahia

Pastinha já está classificado

Eu vou lê o B-A-BA



Mestre Pastinha parle de sa vie

 

 


Aberre
Ananias
Arthur Emidio
Atenilo
Barba branca
Bigodinho
Bilusca
Bimba
Boa Gente
Boca Rica
Bola 7
Brandao
Caiçara
Canjiquinha
Cobrinha Verde
Curio
Dois de ouro
Ezequiel
Gato
Gerson Quadrado
Gigante
Gildo Alfinete
Jair Moura
Joao Grande
Joao Pequeno
Joel
Jogo de Dentro
Juvenal
Leopoldinha
Livinho
Lua de Bobo
Lua Rasta
Maré
Moraes
No
Noronha
Parana
Pastinha
Paulo dos Anjos
Pele da Bomba
Samuel Querido de deus
Sinhozinho
Sombra
Tiburcinho
Traira
Virgilio da Fazenda Grande
Waldemar da liberdade

traduction et recherche: Aruera / 2014
© aruera
Cours de Capoeira à Nantes